Contester une décision de la PMI ?

Contester une décision de la PMI ?

Je suis toujours stupéfaite devant le renoncement  de certain.es titulaires de l’agrément Assistant.es maternel.les face à des refus de la protection maternelle et infantile à leur demande relative à l’agrément. Je parle des refus qui sont peu argumentés, voir même en contradiction avec les textes règlementaires.

Des décisions pas forcément approuvées par le service central

La décision aurait très probablement était tout autre si elle avait été prise par un autre interlocuteur au sein de la PMI. Ces décisions prises par un évaluateur isolé, pas forcément soutenu par son service central créent par conséquent des inégalités entre professionnel.les.

Des tentatives d’homogénéisation de la part des départements

 Il faut le reconnaitre, depuis quelques années, beaucoup de départements font la chasse à ces pratiques que l’on peut qualifier de dysfonctionnements : ils tentent d’homogénéiser leurs pratiques en se formant régulièrement leurs collaborateurs, en se dotant d’outils d’évaluation et de dispositif d’aide.

Oser contester

Pour  mettre fin à ces pratiques qui infantilisent les assistant.es maternel.les, il faut que ces dernières soient remontées au service central. Cela consiste donc  à oser contester le refus. Or, on le sait, beaucoup d’assistant.es maternel.les hésitent encore, craignant se mettre à dos leur interlocuteur de terrain. 

Un flou règlementaire propice à l’insécurité juridique

Un certain nombre de  ces situations découlent d’un flou réglementaire. Des clarifications seront les bienvenues pour aider chacun des acteurs concernés.  Je suis d’ailleurs intimement persuadée que la définition d’une règlementation précise va de pair avec la reconnaissance du professionnalisme des assistant.es maternel.les. C’est leur permettre de s’affranchir d’interprétations divergentes des services en charge de leurs agréments.

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Fermer le menu